Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maréchal Marmont, Duc de Raguse
Maréchal Marmont, Duc de Raguse

La bataille des Arapiles, appelée bataille de Salamanque par les Britanniques , fut livrée le 22 juillet 1812 aux Arapiles près de Salamanque, entre les troupes françaises commandées par Auguste Marmont et les troupes Britanniques, Espagnoles et Portugaises sous le commandement du Duc de Wellington.

Au soir du 21 juillet 1812, non loin de Salamanque, les deux armées se firent face, occupant chacune des hauteurs nommées "les Arapiles".
Wellington occupa le petit Arapile.
Marmont, disposant de 42.000 soldats et 75 canons, occupa le grand Arapile, enlevé aux Portuguais à l'issue d'un dur combat.
Vu la disposition des lieux, Wellington dut se contenter d'occuper la position la moins favorale. En prenant le grand Arapile, Marmont s'o
ctroya une vue dominante des positions adverses.

La bataille se déclencha vers 13h.
Les formations portuguaises, intégrées à l'armée de Wellington, furent prises pour cible par l'artillerie française et commenç
èrent à reculer.

A ce stade de la bataille, Marmont ordonna aux deux divisions formant sa gauche (Thomières et Maucune) de faire mouvement pour engager l'ennemi.
Interprétant mal les ordres de Marmont, le général Thomières évolua trop vers la gauche du dispositif français.
Ce faisant, il créa un vide entre la gauche et le centre de l'armée de Marmont.
Constatant le mouvement adverse, Wellington abandonna le morceau de poulet qu'il était en tra
in de consommer et s'écria "Marmont est perdu !"

Faisant preuve d'une grande opportunité tactique, Wellington lança ses forces dans l'espace ouvert afin de scinder en deux l'armée française.

Marmont, constatant la gravité de la situation ordonna à Thomières de battre en retraite mais le Maréchal français fut rapidement blessé et remplacé par son second, le général Bonnet. Ce dernier étant également atteint, ce fut le général Clauzel, troisième officier en grade et en ancienneté, qui prit la tête de l'armée Française.

Chargée par la cavalerie Anglaise, la division Thomières fut mise en pièces et son chef tué.
Les divisions Maucune et Clauzel, qui s'étaient portées au secours de Thomières, furent également attaquée
s et repoussées.

Faisant preuve d'un grand sang-froid, Clauzel parvint à ressouder un centre et une gauche très éprouvés à une droite encore intacte.
Evitant le désastre majeur, Clauzel parvint finalement à se replier en bon ordre, couvert par
la division Foy.

Wellington aurait peut être pu capturer l'ensemble de l'armée française car ayant envoyé un détachement Espagnol prendre le contrôle d'un pont majeur sur l'axe de repli de l'ennemi. Hélas pour lui, pour une raison restée mystérieuse, les Espagnols abandonnèrent la garde du pont et les Français purent le franchir sans encombre...

La bataille des Arapiles, ou de Salamanque, se distingua par une série d'attaques britanniques en ordre oblique.
Profitant d'une mauvaise manoeuvre des Français, Wellington sut ne pas laisser passer sa chance et, en un instant, décida de l'issue
de la bataille.

Les pertes essuyées par les adversaires en présence furent relativement similaires : 5.000 tués, blessés et disparus dans chaque camp.
Il n'empêche que l'armée de Marmont, forte de 40.000 hommes, fut irrémédiablement vaincue en moins
de 40 minutes !

La défaite des Arapiles provoqua une agitation comparable à celle de Baylen en 1808.
Joseph en fut réduit à fuir Madrid tandis que les forces Françaises abandonnèrent Valladolid pour chercher refuge derr
ière l'Ebre.

(merci aux sources ci-dessous)

LA BATAILLE DES ARAPILES ......22 JUILLET 1812
Tag(s) : #bataille, #Marmont, #Wellington, #artillerie, #cavalerie, #Maucune, #Arapiles, #Salamanque, #armée, #officier

Partager cet article

Repost 0