Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

21 OCTOBRE 1805 .............TRAFALGAR.

La bataille navale de Trafalgar consacre le génie tactique du vice-amiral Nelson , qui dispose ce jour là d'une flotte en infériorité numérique mais composée de navires de meilleure qualité et de marins mieux entraînés.

La flotte Franco-Espagnole commandée par l'amiral Villeneuve est composée de 33 vaisseaux, disposés du n
ord au sud comme suit :

Neptuno - Scipion - Intrépide - Formidable - Duguay-Trouin - Mont-Blanc - Rayo - San Francisco de Asís - Héros - San Agustín - Santísima Trinidad - Bucentaure (navire amiral) - Redoutable - San Justo - Neptune - San Leandro - Santa Ana - L'Indomptable - Le Fougueux - Pluton - Monarca - Algésiras - Bahama - L'Aigle - Montañés - Swiftsure - Argonaute - Argonauta - San Ildefonso - Achille - Príncipe de Asturias - Berwick - San Juan Nepomuceno.

Horatio Nelson, de son côté, a disposé ses vaisseaux en deux colonnes parallèles :

  • Une colonne au vent, comprenant les 12 navires suivants :

HMS Victory (navire amiral) - HMS Temeraire - HMS Neptune - HMS Leviathan - HMS Conqueror - HMS Britannia - HMS Spartiate - HMS Minotaur - HMS Ajax - HMS Agamemnon - HMS Orion - HMS Africa

  • Une colonne sous le vent, composée des 15 vaisseaux ci-après :

HMS Royal Sovereign - HMS Belleisle - HMS Mars - HMS Tonnant - HMS Bellerophon - HMS Colossus - HMS Achille - HMS Defence - HMS Defiance - HMS Prince - HMS Dreadnought - HMS Revenge - HMS Swiftsure - HMS Thunderer - HMS Polyphemus.

Nelson place sa flotte vent arrière, ce qui lui donne une vitesse maximale, qui permet à ses navires de transpercer par le flanc la flotte Franco-Espagnole.

Il ne lui reste plus qu'à écraser méthodiquement les vaisseaux ennemis désorganisés.

Horatio Nelson trouve la mort à l'issue de la bataille, à bord du HMS Victory, une balle ayant perforé son poumon gauche et fini sa course dans sa colonne vertébrale. Son corps est conservé dans un tonneau de brandy et ramené en Angleterre, où des obsèques nationales lui sont faites.

Pierre Charles Silvestre de Villeneuve, quant à lui, est fait prisonnier, puis libéré quelques mois plus tard.

La flotte Française ne se relèvera pas de cette défaite qui donne la maitrise des mers à l'Angleterre et consacre un tournant dans le combat entre Napoléon et l'Europe.


*Deux vaisseaux nommés Swiftsure ont participé à la bataille : l'un français (il s'agissait en fait du navire britannique HMS Swiftsure, qui avait combattu à Aboukir, puis avait été capturé en 1800 en Méditerranée et intégré à la flotte Française sans être rebaptisé), l'autre Anglais, lancé en 1804 .

(Souces ci-dessous)

21 OCTOBRE 1805 .............TRAFALGAR.

Vice-amiral Français. Capitaine de vaisseau en 1783, contre-amiral en 1796, il est en 1798 le commandant d'une division de la flotte qui emmène Bonaparte en Egypte. Lors de la défaite française d'Aboukir, le 2 août 1798, il parvient à sauver deux vaisseaux et deux frégates qui se réfugient à Malte. En 1804, nommé vice-amiral, il est placé à la tête d'une escadre qui doit occuper la flotte anglaise pendant que Bonaparte envahit l'Angleterre.

Il appareille de Toulon le 25 janvier 1805 mais ne parvient à Cadix que le 9 avril. Accompagné de la flotte Espagnole, il cingle vers les Antilles, suivi avec retard par la flotte de Nelson. Villeneuve revient vers la France mais menacé par les vaisseaux de Sir Robert Calder, au nord du Finistère, il doit se réfugier à nouveau dans la rade de Cadix, Villeneuve attend les instructions de l'Empereur pour attaquer la marine Anglaise. Mais Napoléon a renoncé à son plan, l'armée d'Angleterre marche sur l'Autriche. Le 21 octobre 1805, à l'aube, Villeneuve quitte la rade de Cadix et affronte la flotte de Nelson. Ce sera la bataille de Trafalgar, une défaite cuisante pour la flotte Ffrançaise. Fait prisonnier, Villeneuve est libéré en avril 1806. Il envoie des émissaires à Paris afin de savoir s'il a les faveurs de Napoléon. Sans réponse, il se tue* dans sa chambre d'auberge à Rennes, le 22 avril 1806.

* Dans un long articleparu dans la Revue des études napoléoniennes au début du siècle dernier, et disponible sur Gallica, M. Henry Rollin analyse longuement les responsabilités de la défaite de Trafalgar et revient sur le "suicide" du vice-amiral Villeneuve, découvert mort dans sa chambre d'hôtel, transpercé de six coups de couteau. La thèse de l'assassinat politique du vice-amiral aurait circulé, s
itôt sa mort connue...

Tag(s) : #bataille, #Trafalgar, #amiral, #Nelson, #Angleterre, #Villeneuve, #Napoléon, #Europe, #navires, #vaisseaux

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :