Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EYLAU ,  8 FEVRIER 1807 .....

8 février 1807. L’armée napoléonienne, engagée en Pologne pour défaire la quatrième coalition (Royaume-Uni, Prusse, Russie, Suède), se retrouve, après avoir écrasé les Prussiens lors de la campagne de Saxe, en lutte serrée aux alentours du village de Preussisch-Eylau face aux Russes de Bennigsen.

L’issue de la bataille est incertaine. Face aux 80 000 russes et leurs 400 canons, l’Empereur ne dispose que de 46 000 hommes épuisés par les marches et le temps, ainsi que 300 pièces d’artillerie. Alors que Davout arrive en renfort vers 9h, ce dernier se retrouve rapidement en difficulté. Napoléon envoie donc le maréchal Augereau à son secours, appuyé par la division de Saint-Hilaire. Pris dans le brouillard et désorientés, les deux corps se retrouvent flanqués par l’armée russe et se voient décimés en quelques heures.

L’armée française est menacée d’être coupée en deux et, par cette brèche créée par la contre attaque ordonnée par Bennigsen, le village d’Eylau, où Napoléon stationne au milieu de son état major, est directement menacé. Première dans l’histoire du Premier Empire : Napoléon fait donner la Garde Impériale qui, ayant reçu l’ordre de ne combattre qu’à la baillonette, défait les colonnes de grenadiers russes dans le cimetière de la ville. L’assaut est un succès, mais les français viennent d’user toutes leurs ressources. Toutes ? Pas encore. Devant les renforts de Ney qui se font attendre, l’Empereur se tourne vers le Maréchal Murat, cavalier renommé, et lui tient ces paroles restées légendaires : “Nous laisseras-tu dévorer par ces gens là ?”

« Nous laisseras-tu dévorer par ces gens là ? »

Sans un mot, Murat s’en va vers ses généraux et rassemble près de 12 000 cavaliers avant de lancer contre l’armée russe la plus grande charge de cavalerie de l’histoire. Les sabots font trembler la terre, une gigantesque masse cuirassée se déploie et sabre par deux fois les deux régiments de Bennigsen engagés dans l’opération. La menace est écartée, la situation est rétablie, pour un temps.

À 18h, le Maréchal Ney arrive enfin avec ses 8 000 hommes. Bennigsen, usé et à cours de réserves, décide alors de se replier vers Königsberg. La victoire est française, mais les pertes sont lourdes : 10 000 tués et blessés côté français, 12 000 morts et 14 000 blessés chez les russes qui parviendront à se replier en bon ordre avant d’être définitivement battus, le 14 juin, à la bataille de Friedland qui marquera la fin de la quatrième coalition contre la France.

(source ci-dessous + quelques illustrations sur la charge de cavalerie d'Eylau d'artistes peintres tel que : RAVA ,DAN HORSECHIEF , ANATOLY TELENIK )

EYLAU ,  8 FEVRIER 1807 .....
EYLAU ,  8 FEVRIER 1807 .....
EYLAU ,  8 FEVRIER 1807 .....
EYLAU ,  8 FEVRIER 1807 .....
EYLAU ,  8 FEVRIER 1807 .....
EYLAU ,  8 FEVRIER 1807 .....
EYLAU ,  8 FEVRIER 1807 .....
EYLAU ,  8 FEVRIER 1807 .....
Tag(s) : #Pologne, #bataille, #Eylau, #Napoléon, #Garde Impériale, #Ney, #Murat, #cavalerie, #Empereur, #victoire

Partager cet article

Repost 0