Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les voltigeurs constituèrent la véritable infanterie légère de France, en ce sens qu'on leur fit faire habituellement le service de tirailleurs. Les régiments d'infanterie légère n'en avaient que le nom, car ils étaient composés, armés, exercés comme le reste de l'infanterie (Général Foy).

C'est l'arrêté du 22 ventôse an XII (13 mars 1804) qui a institué les voltigeurs.
La caractéristique essentielle des voltigeurs réside dans leur petite taille. La création de cette nouvelle infanterie répondait à une situation démographique caractéristique de l'époque et dans laquelle les hommes petits, d'une taille inférieure à la “ normale ” étaient de plus en plus
nombreux.

Une grande partie de la population échappait donc légalement à la conscription. La création des voltigeurs fut une façon d'étendre le poids du recrutement sur ceux qui se croyaient à l'abri du fait de leur petite taille. C'est ainsi que dans un premier temps, les compagnies de voltigeurs devaient être complétées par des conscrits exemptés par défaut de taille, et qu'ensuite la taille minimale, pour tous les conscrits, fut ramenée à 4 pieds 9 pouces ou 1 mètre 54.

« Cette mesure, dit le général Bardin, augmenta l'effectif des troupes de 40.000 hommes. »

Le 8 février 1819 il avait été plus précis encore quant à ses intentions :

« C'était une idée heureuse : les petits hommes opposés aux grands. Je disais aux voltigeurs : “ vous êtes des couyons : un grenadier vaut soixante voltigeurs. ” Je disais aux grenadiers : “ Vous n'êtes que de grands capons, bons pour manger, mais vivent les voltigeurs pour se battre ! ” Avec cela, on fait tuer tout le monde. »

Napoléon, le 6 mai 1819 cité par le général Bertrand, Cahiers de Sainte-Hélène :

"Les voltigeurs ont été créés par moi pour profiter des petits hommes que la conscription ne pouvait atteindre. J'en ai profité pour opposer les petits hommes aux grands, comme j’opposerais les blancs aux noirs, comme je formerais des compagnies de bossus, s'il y en avait beaucoup.

Le décret impérial du 7 octobre 1807 portait injonction de retirer aux voltigeurs le sabre "briquet".

"La mesure ne s'exécuta pas sans réticences". Voici un extrait d'une lettre qu'écrivit au maréchal Berthier, le 12 juin 1808, le général Marchand, à l'époque commandant par intérim le 6e corps de la Grande Armée:


"... Il est également de mon devoir d'appeler l'attention de Votre Altesse sur les sollicitations qui ont été présentées par tous les colonels pour obtenir la permission de conserver les sabres aux voltigeurs. Cette arme qui leur est extrêmement utile aux avant-postes et au bivouac leur donnait la même considération qu'aux compagnies d'élite: en leur ôtant l'arme, on leur enlève la considération qui y était attachée et tous préféreraient la payer de leur poche que de ne plus la porter.
Sa Majesté, qui a si bien su ajouter à ce point d'honneur militaire du Français ne voudrait pas que trente mille braves qui l'ont si bien servie dans les dernières campagnes n’y fussent pas sensibles et je supplie Votre Altesse de vouloir lui soumettre les sollicitations de messieurs les colonels."

Les voltigeurs étaient une invention toute personnelle de Napoléon. On n'en trouvait par conséquent que dans l'armée française et dans les armées des pays satellites. Mais l'institution de cette nouvelle sorte de soldats avait attiré l'attention des militaires des autres nations……..

Témoignage d’un article qui leur est consacré dans un dictionnaire militaire anglais, édition de 1810 (le James Military Dictionary ) :

…………La différence entre les tirailleurs et les voltigeurs réside dans le fait que les premiers évoluent de façon irrégulière, en étant éparpillés, tandis que les autres agissent en corps nombreux et rassemblé.Les qualités requises pour être admis dans ces troupes sont une réputation de courage bien établie, une petite taille, de la vigueur et une grande agilité…………….. En présence de l'ennemi, les compagnies de voltigeurs de tous les régiments sont rassemblées, formant un corps distinct qui mène l'attaque ; ils sont en général employés à escalader les montagnes (s'il y en a) ou à forcer les passages difficiles; les grenadiers suivent à courte distance, mais c'est le privilège des voltigeurs d'ouvrir la route à la victoire. On leur rappelle, d'ailleurs, à l'occasion, cet honorable avantage……………………..

(sources : liens ci-dessous)

VOLTIGEURS ..................
VOLTIGEURS ..................
"Grand capon et couyon"

"Grand capon et couyon"

Partager cet article

Repost 0